Au paradis du livre

Nouveau blog

Mon blog prend un tout nouveau départ.

 

Désormais, vous pouvez me suivre ICI

 

Paris1

Posté par Paradiseandco à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 décembre 2013

Les Trois Grâces : Par la grâce de Sa Majesté de Jennifer Blake

jennif10

Edition : J'ai Lu

Genre : Romance

Traductrice : Béatrice Pierre

 

Note : 7.5/10

Isabel va être mariée à Rand Braesford sur ordre du roi. Alors que celle-ci espère que la malédiction des trois Grâces, inventée de toutes pièces par elle-même, va faire effet, Rand se voit convoquer par le roi. Il est soupçonné d'un meurtre.

 

Mon avis

Ces derniers temps j'avais très envie de lire une petite romance. Il est vrai qu'avec les collections Pour Elle des éditions J'ai Lu, nous n'avons que l'embarras du choix. C'est donc totalement à l'aveugle que j'ai choisi ce livre. Avant de le commencer j'ai tout de même regardé quelques avis et ai pu remarquer qu'il avait été très apprécié.

Dans ce premier tome nous allons suivre les débuts d'Isabel en tant que jeune mariée. Alors qu'elle voit sa main promise à Rand Braesfort, Isabel ne souhaite qu'une chose. Que la malédiction qu'elle a inventé de toutes pièces, mais qui jusque-là faisait fuir les prétendants, lui serve à nouveau. D'après les rumeurs, les trois Grâces de Graydon ne peuvent être mariées qu'à un homme qui les aime, sinon, celui-ci risque de mourir. Alors que le mariage est sur le point d'avoir lieu, Isabel et Rand sont appelés à la cour du roi de toute urgence. Rand est soupçonné de meurtre. La malédiction ferait-elle encore une victime?

Notre héroïne, Isabel, est une jeune femme que j'ai su apprécier dès les premières lignes. Même si son côté prude, du point de vue intimité (ne l'oublions pas, nous parlons ici d'une romance), m'a fait lever les yeux au ciel, j'ai aimé son côté battante, qui sera prête à tout pour défendre l'honneur de son mari. Rand Braesfort est l'homme de la situation. Wouah il nous donnera quelques fois des coups de chaud, mais j'ai trouvé que malheureusement, les rares fois où on suit son point de vue, ses pensées son exclusivement tournées sur des actions sous la ceinture. Le personnage masculin qui aura retenu toute mon attention, c'est David, l'écuyer. Ce jeune homme m'a été tout à fait sympatique.

J'ai passé un moment vraiment agréable avec cette romance. Cela faisait un moment que je ne m'étais plus plongée dans ce genre de roman et pourtant, de temps à autre ça fait du bien. S'agissant d'un roman de la collection Aventures et Passion, il y a très peu de scènes "chaudes", qui ne sont par ailleurs, pas franchement extravagantes. On préférera lire ce roman pour le côté aventure, dans laquelle je me suis laissée entrainer et qui m'a fait aimer ce livre.

Un livre pour tous ceux qui ont envie de passer un moment palpitant, sous le règne des Tudors, avec une romance toute mignonne.

02 décembre 2013

Bilan de novembre

En novembre, j'ai lu :

  1. Le journal d'Aurélie Laflamme tome 3 d'India Desjardins
  2. L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas
  3. Les nouvelles aventures de Tallulah Casey de Louise Rennison
  4. Une partie mixte à trois et autres nouvelles du green de P.G. Wodehouse

 

En détails, ça donne

Pages lues : 1064

Relecture : 0

Coup de cœur : 0

Déception : 0

La bonne surprise :

789883

 

Le livre que j'étais sûr d'aimer et ça n'a pas loupé :

les-nouvelles-aventures-de-tallulah-casey-364516-250-400

 

 

Niveau lectures de BD:

  1. Mars et Vénus sous la couette de Paul Dewandre – Jif – Nathalie Jomard
  2. Forever bitch de Diglee
  3. Maliki broie la vie en rose de Maliki

 

Au niveau de la Pile à Lire

Les nouveaux arrivants :

* Les nouvelles aventures de Tallulah Casey * de Louise Rennison

* Vengeance * de Jenny Han et Siobhan Vivian

 

En détails, ça donne

Nouveaux livres : 2

Livres de la pal lus ce mois : 3

Bilan : -1

 

Premier bilan de pal en négatif depuis un bon moment, ça fait plaisir. Ce mois-ci pas de prévisionnel de lecture puisque de toute façon je ne le respecte jamais.

Bon mois de décembre à tous

25 novembre 2013

Et tous les oubliés? seconde édition

Faisons un point sur des lectures dont je n'ai pas réussi à écrire les chroniques.

 

Le gardien de phare de Camilla Läckberg

Edition : Actes Sud

front_cover_large

Tous les ans, s'il est une sortie que j'attends impatiemment, c'est bien celle du nouveau roman de Camilla Läckberg. N'étant pas une fervente amatrice de roman policier, j'ai tout de même accroché à cette saga dès la lecture de La princesse des glaces. J'ai passé un très bon moment avec ce tome, même si j'avais osé crier au scandale sur Livraddict, car je trouvais que l'enquête mettait trop de temps à se mettre en place. Même s'il ne surpasse pas Le prédicateur, qui reste à mes yeux le meilleur tome, il aura largement plus su m'emporter que le sixième opus de la saga. Encore une fois, Camilla Läckberg me donne envie de visiter la région, même si avec le nombre de meurtres qui surviennent dans ses romans, la moitié de Fjällbacka (environ 800 habitants) doit déjà avoir succombé. En attendant, je me dis vivement l'année prochaine, pour suivre les aventures d'Erika et Patrick.

 

 

 

 

Mélanie et les sept frères McGowan de Kate Brian

Edition : Pocket Jeunesse

melanie-et-les-sept-freres-mcgowan-32347

Un roman jeunesse sur lequel je suis tombée tout à fait par hasard en furetant dans la bibliothèque de ma sœur. Ayant très envie d'une lecture assez facile je me suis embarquée dans cette histoire sans difficulté. C'est un livre qui aborde des thèmes assez récurrents dans les romans jeunesses et bien que ça ne cassait pas trois pattes à un canard, j'ai passé un bon moment en compagnie de Mélanie. Une histoire à mettre entre les mains des adolescentes, parfait comme cadeau.

 

 

 

 

 

 

Wonder de R.J. Palaccio

coup de coeur

Edition : PKJ

Wonder

Je ressens comme une légère honte de ne pas avoir écrit de chronique pour ce roman, car il s'agit en effet de l'un de mes gros coups de cœur de l'année. Mais voilà, j'ai du mal à trouver les mots pour vous parler de ce roman que j'ai tant aimé, dont on a entendu parler de si nombreuses fois. Parce qu'il faut le dire, Wonder est un de ces livres qui s'est retrouvé entre toutes les mains, dont tout le monde a parlé et qui se trouve dans la wishlist des rares personnes ne l'ayant pas encore lu. Si ce livre fait tant de bruit, c'est parce qu'il aborde des sujets difficiles, touchants, troublants et pour une fois on les aborde d'un point de vue assez jeune, limite enfantin. J'ai été très marquée par ce roman et comme j'ai pu le dire sur ma page, Auguste fait partie de ces personnages qui m'auront marqué durant cette année 2013

22 novembre 2013

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas

789883Edition : Le Dilettante

Genre : Contemporain / Fable

 

"Il pensa à son cousin, si loin. Il aurait tant aimé partager tous ces moments émouvants, mais, avec lui, rien de tout cela ne lui serait peut-être arrivé. Et puis, ils n'auraient jamais tenu à deux dans la malle Vuitton." [L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas]

 

Note : 7.5/10

 

 

Ajatashatru Lavash Patel, fakir de son état, se rend à Paris, dans le seul but d'y acquérir un nouveau lit à clou. Alors qu'il décide de dormir tranquillement dans le magasin Ikea dans lequel il doit récupérer ledit lit le lendemain, rien ne se passe comme prévu. Une irruption nocturne le forçant à se cacher dans une armoire, il se verra embarquer dans une aventure plus folle qu'il n'est possible de l'imaginer.

 

Mon avis

Etant systématiquement attirée par les titres à rallonge, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre sans y jeter un coup d'œil. Le résumé bien sympa m'a donné envie de me pencher plus en avant sur ce roman. Forcément, un titre aussi loufoque nous évoque une histoire rigolote et abracadabrantesque, mais ayant regardé quelques avis avant de me lancer dans cette lecture, je savais que je ne devais pas m'attendre à rire du début à la fin.

Cette histoire nous relate neuf jours de la vie d'Ajatashatru Lavash Patel, fakir très respecté de son pays, mais qui en réalité se trouve être un véritable charlatan. Ajatashatru, grâce à l'argent des gens de son village, a pu se rendre à Paris, afin d'acheter un nouveau lit à clou de chez Ikea. Après avoir passé toute une journée dans le magasin et alors qu'il doit attendre le lendemain pour pouvoir récupérer son bien, le fakir décide de passer la nuit dans le magasin. Suite à l'intervention nocturne de quelques employés qui préparent une livraison, Ajatashatru se retrouve coincé dans une armoire, à bord d'un camion qui circule direction l'Angleterre. C'est ici qu'il va rencontrer Wiraj et cinq autres soudanais, voyageant clandestinement à bord du véhicule, afin de rejoindre une terre pleine de promesses. Evidemment rien ne se passe comme prévu et nos hommes seront découverts par les gardes-frontières, qui décideront de les renvoyer d'où ils viennent, de manière totalement aléatoire. C'est ainsi qu'Ajatashatru va vivre d'autres aventures rocambolesques.

Ce roman qu'on imagine drôle à souhait se trouve divisé en deux parties. Le début est en effet assez loufoque, avec l'arrivée d'Ajatashatru en France, les techniques qu'il utilise afin de plumer les gens, sa manière de prendre la situation lorsqu'il se retrouve coincé dans l'armoire. Puis, à partir du moment où il se retrouve dans le camion, en partance pour l'Angleterre, le livre prend un autre tournant. Il devient plus moralisateur, il nous pousse à nous questionner sur nos vies, sur les conditions dans lesquelles on évolue par rapport à tous ces voyageurs clandestins, qui se retrouvent traiter comme des moins que rien, parfois pire que des animaux. On se rend alors compte que ce livre n'est pas vraiment un roman, il s'agit en fait d'une fable, avec une vraie morale. Au contact de cette multitude de personnages, notre héros va prendre conscience de certaines choses en même temps que nous, et il décidera de changer sa façon de mener sa vie. Il voudra devenir un homme meilleur.

C'est un conte que j'ai aimé lire. Pour savoir l'apprécier, attention à ne pas se dire qu'on se lance dans une histoire drôle, car certains sujets traités sont vraiment douloureux. Un livre qui pourrait très bien se trouver sous certains sapins à Noël.


05 novembre 2013

Sérum saison I épisode I d'Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza

Edition : J'ai Lu

Genre : Policier

 

Note : 7/10

 

Quatrième de couverture

1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d’Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel?

 

Mon avis

Sérum est un de ces livres pour lesquels il est très difficile de faire un résumé.  L'enquête policière que cette histoire relate va se dérouler sur plus d'un tome, puisque l'ouvrage d'Henri Loevebruck et Fabrice Mazza est écrit sous forme de "série", composée de plusieurs saisons, comprenant plusieurs épisodes. J'ai lu ce tome de sérum dans le cadre de challenge LDPA (sur Livraddict) en binôme avec Nadou, c'est pourquoi cet épisode un a droit à une chronique rien qu'à lui. Pour la suite de la saison 1, je pense ne faire qu'une chronique pour tous les tomes.

Cette chronique donc, sera un peu différente de celles que je rédige en temps normal. Je ne vous y ferai pas de vrai résumé, je ne vous parlerai pas des personnages, je vais me contenter de vous donner mon avis sur ce premier tome. Cela uniquement parce qu'après la lecture des quelques 180 pages du livre, j'en sais encore très peu sur tout ce qui ce passe. Je peux simplement vous dire que nous suivons  Lola, une détective, qui mène l'enquête sur l'agression qu'a subit Emily Scott, une jeune femme s'étant fait tiré dessus dans un parc, lui provoquant une amnésie. Dans son enquête, Lola sera aidé du psychothérapeute Draken.

S'il y a une chose qu'il faut savoir en commençant cet épisode de Sérum, c'est que lorsque l'on sortira de notre lecture, nous n'aurons pas plus de réponse qu'au début. Mais c'est comme ça que ça marche. Imaginez que vous êtes en train de suivre une série policière, dont la trame principale ne se résout que sur plusieurs épisodes. Voilà, vous avez Sérum. Cela peut paraître frustrant, d'autant qu'avec ce principe de série on se retrouve obligé (forcément, on veut savoir la suite) d'acheter pas moins de six tomes pour la saison 1 (d'après les premières informations il faut compter à peu près autant de tomes pour les saisons 2 et 3) et que ça constitue un certain investissement. Malgré cela c'est une série qui marche parmi les lecteurs et j'ai très vite compris pourquoi.

Bien que je sois peu friande de romans policiers, j'ai immédiatement accroché avec cet épisode un. C'est dynamique et on ne s'ennuie pas une seule seconde. On nous balade de droite à gauche, on nous raconte pleins de choses (au final du premier tome on  ne sait pas forcément si ces choses sont importantes) qui apportent un certain rythme à l'ouvrage et fatalement je suis tombée dans le piège, une fois les dernières pages tournées j'avais envie de lire la suite.

Une série policière écrite d'une manière nouvelle, avec laquelle on accroche facilement et qui nous donne envie d'aller toujours plus loin. L'épisode deux passera vite à la trappe.

Pour les membres France Loisirs, un intégrale de cette saison 1 vient de sortir.

04 novembre 2013

La vie et moi de Cecelia Ahern

LaVieEtMoi_cv

Edition : J'ai lu

Genre : Contemporain

Traduction : Perrine Chambon et Arnaud Baignot

 

"On n'oublie jamais les choses qu'on voudrait oublier. Elles tournent dans notre tête comme un cambrioleur rode autour d'une maison pour préparer son prochain coup. Elles sont partout, en costume à rayures noires et blanches, et s'enfuient dès qu'on essaie de leur mettre la main dessus. C'est un jeu de cache-cache incessant entre nous et notre conscience." [La vie et moi, Cecelia Ahern]

 

Note : 7/10

Lucy Silchester n'a pas une vie parfaite. Elle travaille dans un bureau où elle ne se plait pas, ses amis lui en veulent d'avoir quitté leur copain et son père est déçu de son comportement. Mais, lorsque sa Vie la convoque pour faire un bilan et voir comment arranger les choses, Lucy décide qu'elle n'a pas besoin d'aide. Mais, peut-être qu'elle se trompe.

 

Mon avis

Je n'ai plus besoin de vous rappeler à quel point j'apprécie la plume de Cecelia Ahern. Depuis que je l'ai découverte avec son livre La vie est un arc-en-ciel, je dévore chacun de ses romans. Alors, quand La vie et moi a croisé ma route je n'ai pas résisté. Encore une fois une histoire rondement menée, qui vous embarque et vous laisse plein de questionnements sur ce qui vous entoure.

Lucy est une jeune femme qui mène une vie construite sur des mensonges. Ses amis pensent que c'est elle qui a quitté son ex, alors que c'est l'inverse, sa famille pense qu'elle a quitté son travail parce qu'elle ne s'y plaisait pas, alors qu'elle a été licencié. Personne n'a jamais vu où elle habite. Malgré tout, Lucy est persuadée que tout va bien, alors, lorsque sa Vie la contact pour essayer de la remettre sur le droit chemin, la jeune femme rejette ses arguments et n'écoute pas ses mises en garde. Jusqu'au jour où Lucy ne pourra plus faire autrement que remettre un peu d'ordre dans tous ses mensonges.

Pour une fois que je commence un roman de Cecelia Ahern en ne supportant pas l'héroïne. Il faut bien le dire, entre Lucy et moi, c'était plutôt mal parti. C'est une jeune femme qui se voile la face, qui ment à tout va et qui fait comme si ce n'était pas un problème. Elle m'a profondément énervée, mais finalement, au fil des pages, j'ai commencé à m'attacher à elle, même si je ne comprenais tout de même pas certaines de ses réactions. Forcément mon cœur de midinette a craqué pour Don, qui bien que peu présent, est un personnage qui a son importance et que j'ai apprécié.

Ce qu'il y a de drôle en rédigeant une chronique plusieurs semaines après avoir lu le roman (et non pas immédiatement à la fin de la lecture comme j'ai eu l'habitude de la faire), c'est que notre avis peut considérablement changer. Si ma chronique avait été écrite à chaud, je vous aurais dit que ce roman est absolument génial, qu'il faut l'avoir lu. Puis finalement, avec du recul je me dis que ce n'est clairement pas le meilleur roman de l'auteur. Autant je garde de merveilleux souvenirs de Si tu me voyais maintenant et de Merci pour les souvenirs, autant ce livre ne m'a pas marqué plus que ça.

Pas le meilleur roman de l'auteur, mais pour les inconditionnels de Cecelia Ahern, un livre à lire tout de même.

Posté par Paradiseandco à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Bilan d'octobre + Prévisionnel de novembre

En octobre, j'ai lu :

  1. Wonder de R.J. Palacio
  2. Réseau(x) de Vincent VIlleminot
  3. Sans nouvelles de Gurb d'Eduardo Mendoza
  4. Sérum Saison I Episode I d'Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza

 

En détails, ça donne

Pages lues : 1129

Déception :

34587691

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coup de cœur :

Wonder

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bonne surprise :

serum-saison-1-episode-1-1328142-250-400

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au niveau de la Pile à Lire

Les nouveaux arrivants :

* Krotokus Ier * de Caryl Férey

* Vingt-quatre heures de la vie d'une femme * de Stefan Zweig

* La vie sexuelle des super héros * de Marco Mancassola

* Je vous écrirai * de Paule du Bouchet

* L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea * de Romain Puértolas

* Une brève histoire du tracteur en Ukraine * de Marina Lewycka

* La maison des singes * de Sara Gruen

* Au cœur du silence * de Graham Joyce

 

En détails, ça donne

Nouveaux livres : 8

Livres de la pal lus ce mois : 3

Bilan : +5

 

En novembre, j'aimerais lire

  1. Le puits des mémoires tome 1 de Gabriel Katz
  2. Le manuel de la mauvaise mère de Kate Long
  3. Les enfants de la Terre tome 3 de J.M. Auel
  4. Sérum saison 1 épisode 2 d'Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza
  5. Dublin Street de Samantha Young

 

13 octobre 2013

Réseau(x) de Vincent Villeminot

reseau_x__de_vincent_villeminotEdition : Nathan

Genre : Thriller

 

" Je pousse DanyL dans le canal, il coule à pic. J'entends son dernier cri, qui remonte à chaque bulle crevant la surface. Et je me mets à danser, une danse sauvage, avant que le soleil me réveille." [Réseau(x), Vincent Villeminot]

 

 

Note : 6/10

 

Sixtine, 15ans, subit de troublants cauchemars depuis son plus jeune âge. Tous les matins, elle se connecte au DKB pour les retranscrire. Le jour où une vidéo plus que réaliste met en scène l'un de ses rêves, Sixie va se retrouver embarquée malgré elle dans une chasse à l'homme plus vraie que nature.

 

Mon avis

Tout d'abord, je souhaite remercier les éditions Nathan pour cet envoi dans le cadre de la pré-sélection des chroniqueurs Lire en Live. Il est vrai que lorsque je me suis retrouvée avec ce roman entre les mains j'ai eu un léger moment de doutes. Tout d'abord, je ne suis vraiment pas adepte des livres du genre thriller ou polar et après très peu de temps, les premiers avis tombaient déjà et ils n'étaient pas vraiment pour m'encourager. Malgré tout, j'ai empoigné mon livre et j'ai plongé dans l'histoire. 

Nous allons rencontrer Sixtine, une adolescente de 15ans, dont les nuits sont envahies de terribles cauchemars. Seulement voilà, ces rêves ont tendances à être prémonitoires. Bien que certains se disent que c'est totalement improbable, une minorité de personnes pensent que c'est réel. Alors lorsque Sixie publie sur son profil DKB ses horribles rêves et que ceux-ci ne se réalisent pas, les fans de SixieDREAMY produisent de petites vidéos dans lesquelles les cauchemars de la jeune fille prennent vie. Alors même que Sixtine se débat avec ses démons intérieurs, elle se voit contactée par Cèsar Diaz, chef d'une armée de clowns noirs, qui s'amusent à rendre plus vraies que nature certaines parties de jeux vidéos. Le jeune homme veut enrôler Sixie dans son aventure folle, qui pourrait bien prendre une toute autre tournure que celle prévue.

Dans ce roman il y a une grande quantité de personnages, qui possèdent en plus presque tous des surnoms. Il faut un petit temps d'adaptation pour comprendre qui est qui, et quelle place il occupe dans l'histoire. Bien entendu, Sixtine est notre héroine, qui malgré tout, est absente pendant une bonne partie de l'histoire. Elle ne restera pas, pour moi, le personnage marquant de ce roman. Cette jeune fille ne m'a pas vraiment plu, je l'ai trouvée bien naïve et j'ai souvent eu du mal à comprendre les décisions qu'elle prenait. Je garde en mémoire Alice, commisaire-stagiaire, qui sera bien plus mise en avant dans cette histoire. C'est une femme qui m'a fait forte impression, elle n'a pas peur de s'imposer dans un monde d'hommes et même si certaines de ses décisions ne seront pas vraiment celles qu'il fallait prendre, elle assumera chacun de ses actes.

Réseau(x) est un de ces romans qui ne laissera personne indifférent. En commençant cette lecture, on plonge dans un univers noir, une ambiance glauque. Par moment, cela m'a même mis franchement mal à l'aise. Puis, plus on avance dans l'histoire, plus on a envie d'en savoir. On veut comprendre qui sont les clowns noirs et comment, malgré tous leurs actes, ils n'ont toujours pas été pris dans les filets de la police. D'après le peu d'éléments apportés par la quatrième de couverture, je m'attendais à suivre Sixtine tout au long du roman, mais finalement elle est peu présente, même si elle reste le fil rouge de cette histoire. Cèsar Diaz, Alice et Fanelli seront bien plus importants et au final ce n'est pas plus mal, car ils seront très intéressants à suivre.

Même si je n'ai pas toujours compris dans quelle direction voulait nous emmener l'auteur et que j'ai du mal à voir de quoi va bien pouvoir parler le tome deux, j'ai apprécié découvrir cette histoire qui parle de réseaux sociaux. Je ne conseillerais pas ce roman à un public trop jeunesse, mais plutôt à de jeunes adultes avertis qui n'auront pas peur de se retrouver plongés dans un univers très spécial, où il est parfois difficile de distinguer le faux du vrai.

Posté par Paradiseandco à 22:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

La maîtresse de Rome de Kate Quinn

94505110

Edition : Pocket

Genre : Historique/Romance

Traduction : Catherine Barret

 

 

 

 

" L’amphithéâtre tout entier se dressa, et je criai avec les autres. Il fut un temps où j’aurais éprouvé de la pitié pour ces espagnols, qui tenaient à la vie tout autant qu’Arius. Mais l’amour m’avait rendue cruelle et je souhaitais seulement leur mort. " [La maîtresse de Rome, Kate Quinn]

 

Note : 10/10

coup de coeur

 

 

 

 

 

Théa est une jeune esclave, répondant aux moindres caprices de sa maîtresse, Lepida Pollia. Lorsqu'elle rencontre Arius le Barbare, elle va pouvoir enfin connaître le bonheur dans ses bras. Mais cette idylle va avoir une durée limitée, car lorsque Lepida va tout découvrir, sa jalousie va la pousser à tout faire pour les séparer.

 

Mon avis

La maîtresse de Rome est un de ces livres à côté desquels il est difficile de passer sans  y prêter attention. Depuis quelques temps, il est presque partout; sur toutes les lèvres, entre toutes les mains, dans toutes les bibliothèques. Forcément, à force d'en entendre si souvent du bien, j'ai craqué. Et j'ai réussi à entraîner avec moi Azariel, parce qu'à deux face à un pavé, on se sent moins seules.

La Maîtresse de Rome c'est l'histoire de plusieurs personnages, tous liés les uns aux autres. Il y a tout d'abord Théa, jeune esclave au caractère fort, que l'on aime dès les premières lignes. Sa non moins jeune maîtresse, Lepida Pollia, une enfant, puis une jeune femme que l'on méprise de plus en plus. Le gladiateur Arius, l'Empereur Domitien, le sénateur Marcus Norbanus et divers autres protagonistes. Nous nous retrouvons plongés au cœur de la Rome antique, lorsque Théa et Lepida n'ont que quatorze ans. Nous les suivons au fil des ans, pour découvrir leurs rêves, leurs désirs, leurs évolutions dans la société. Malgré la multitude de personnages, à aucun moment on ne se sent perdu, car ils sont tous très bien amenés, mais surtout, aucun ne nous laisse indifférent. Autant on en aimera certains, autant on aura de grosses envie d'en corriger d'autres.

Parmi ceux que l'on aimera il y a bien entendu Théa, cette jeune esclave, qui malgré sa mauvaise condition ne se laisse pas vraiment faire. On aura peur pour et avec elle, on frémira en même temps qu'elle, on souffrira à ses côtés. S'il est un personnage masculin que j'ai vraiment adoré, contrairement à ce que beaucoup peuvent imaginer, il ne s'agit pas d'Arius (que j'ai tout de même apprécié), mais de Marcus. J'étais tout bonnement à fond avec lui. Il a des convictions et va se battre pour les défendre. Bien entendu le personnage que m'a le plus dérangé, auquel j'avais envie de donner des corrections, c'est Lepida Pollia. Cette femme est tout simplement méprisable. Elle est méchante au plus haut point et on a envie de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Ce livre a été pour moi un gros coup de cœur. J'ai plongé totalement dans cette romance antique. Alors certes, même si certains personnages existent (ils sont indiqué dans une liste à la fin du livre), il faut garder en tête que c'est avant tout romancé et dans ce cas on ne se voit pas déçu par les choses improbables qui peuvent intervenir. J'ai déjà hâte de pouvoir lire L'impératrice des sept collines, qui est une suite dans laquelle on retrouve Vix et Vibia Sabina.

Une très bonne et belle histoire qui nous donne envie de retrouver la plume de l'auteur. A lire absolument.

Posté par Paradiseandco à 21:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,