des-adhesifs-dans-le-monde-moderne-3602942-250-400

Edition : J'ai lu

Genre : Contemporain

 

"Elle m’a regardée en arborant son impassible sourire professionnel. J’avais envie de l’étrangler avec son ignoble tenue de reptile et de lui enfoncer ses talons carrés dans sa gueule de crécelle." [Marina Lewycka]

 

Note : 16/20

 

Georgie vient de se séparer de son mari. Dans un accès de colère elle jette toutes ses affaires aux ordures. Sans le savoir, elle vient de faire le grand bonheur de Mrs Shapiro, une vieille voisine.Ce jour-là, c'est aussi la première fois qu'elles auront l'occasion de discuter. Lorsqu'e Mrs Shapiro doit se faire hospitaliser, c'est Georgie qui sera chargée de s'occuper des chats de la vieille femme et peut-être aussi, de mener son enquête pour découvrir qui est cette étrange voisine.

 

Mon avis

Des adhésifs dans le monde moderne c'est d'abord un titre intriguant. Immédiatement on se demande où veut donc nous emmener l'auteur. Il s'agit du premier ouvrage de Marina Lewycka que je lis, et je compte bien renouveler l'expérience.

C'est l'histoire de beaucoup de protagonistes très différents, qui vont se rencontrer, se croiser, échanger, s'aimer et se détester. Mais c'est avant tout un morceau de vie, raconté par Georgie, mère de deux enfants et récemment séparée de son mari. Un jour, elle va faire la connaissance d'une voisine, Mrs Shapiro, ou plutôt de ses chats, à commencer par le terrifiant Wonder boy. Très vite, Georgie va se prendre d'affection pour sa vieille voisine et lorsque celle-ci devrait être hospitalisée, Georgie sera d'accord pour s'occuper de ses chats. Elles vont beaucoup discuter et s'en dire toujours plus sur leur vie. Georgie racontera comment ils en sont venus à se séparer elle et son mari et Mrs Shapiro lui parlera de la guerre, de son exil et de sa rencontre avec Artem. De fil en aiguille Georgie va se rendre compte qu'il y a une grande part d'ombre sur l'histoire de la vieille dame. En parallèle, elle va devoir faire face aux services sociaux et aux agents immobiliers peu scrupuleux, qui tentent de s'arracher la maison de Mrs Shapiro.

Dans ce livre on nous parle de beaucoup de choses. De guerre, de religion, d'animaux et d'immobilier. C'est un savant mélange d'aventure loufoque et de récit sérieux. Tantôt on a droit au premier repas partagé par Georgie et Mrs Shapiro (qui est un passage plutôt drôle), tantôt à des récits sur l'exil, pas vraiment drôle. On ne tombe jamais dans le discours larmoyant, bien au contraire.

Je me suis très attachée à Georgie, une femme solidaire, une mère de famille qui se remet beaucoup en question, une ex-femme qui agresse la maîtresse de son mari. On se dit que Georgie, au fond, ça pourrait très bien être nous. Il n'y a pas beaucoup de personnages que je n'ai pas aimé dans ce roman. Mise à part les quelques scélérats qui se battent pour mettre la main sur la maison. J'ai aimé Naomi Shapiro, qui nous parle de son enfance, de son amour pour Artem. Qui n'a aucun scrupule à mentir sur son âge. J'ai aimé Ali, qui nous parle de son pays, qui confond les "b" et les "p" et qui se traîne comme deux boulets son neveu et un ami. J'ai aimé les chats, avec mention spécial pour Wonder boy, qui a déjà un nom à tomber par terre.

Ce fût une très bonne lecture, un moment de partage avec toutes ces personnes qui racontent leur histoire. Le petit bémol pour moi aura été un passage que j'ai trouvé un peu long. Une discussion entre Georgie et son fils, Ben. Mise à part ce détail, une très bonne découverte qui m'a fortement donné envie de lire un autre titre de Marina Lewycka.

 

Lu dans le cadre du challenge 10 Inconnus

10inconnusdansmapal_zps234c0ffe