owens

Edition : Albin Michel

Genre : Fantastique

 

Nobody Owens est un petit garçon au destin extraordinaire. Élevé par un couple de fantômes, ayant pour tuteur un homme ni vivant, ni mort et une meilleure amie sorcière, ce garçon va être trainé malgré lui hors du cimetière où il a grandit. Et l'homme qui le fera sortir n'est autre que le meurtrier de sa famille, qui cherche à l'éliminer depuis qu'il est tout petit.

 

Alors Nobody Owens c'est avant tout un conte. Une belle histoire fantastique comme on les aime. Pleine de douceur, d'amour, d'amitié, mais aussi remplie de méchants, de doutes et de mauvaises situations.

Durant tout le livre on suit Bod (diminutif de Nobody), depuis son arrivée au cimetière jusqu'à…je ne vous spoilerai pas la fin. Et quelle vie incroyable il mène ce petit garçon. Lorsque sa famille est assassinée par le Jack (obscure personnage d'une société secrète), Bod s'enfuit dans le cimetière le plus proche, où il sera recueilli par un couple de fantômes, les Owens. C'est dans ce nouveau foyer qu'il aura droit, chaque soir, à des leçons de très vieux professeurs (morts depuis belle lurette). Ainsi il apprendra à lire et à écrire, à compter et deviendra un petit garçon très futé. On peut dès lors rencontrer un premier problème.

Au tout début du récit, Bod est censé n'avoir qu'un an. Quel enfant précoce pour ainsi crapahuté en dehors de son lit à barreau, échapper au Jack et atteindre le cimetière. De plus, lorsqu'il rencontrera la petite Scarlett et qu'ils vivront ensemble la toute première aventure, Bod est censé avoir cinq ans. Certes, c'est un livre, mais l'âge donné au personnage est peut-être exagérément bas par rapport à tout ce qu'il accomplit. J'ai finalement décidé de passer outre, car j'appréciais vraiment ma lecture et je ne voulais pas la gâcher avec ce "détail".

J'ai du ralentir mon rythme de lecture parce que je ne voulais pas me séparer de Bod, je savais qu'il ferait parti de ces personnages qu'on regrette de devoir quitter. J'étais proche du coup de cœur, c'est la fin qui me laisse un peu sur ma faim, qui me fera décréter que oui, c'est une merveilleuse lecture, mais non, ce ne sera pas un coup de cœur. De plus, le livre est vraiment magnifique. Déjà la couverture est sublime et en plus il y a tout au long du livre des illustrations vraiment superbes.

Pour aller plus loin, Henry Selick, réalisateur de L'étrange Noël de Monsieur Jack et de Coraline (également un livre de Neil Gaiman), a acheté les droits en 2012. On peut donc s'attendre à une sortie prochaine au cinéma de l'adaptation. Et comme je me réjouie, j'adore le travail de monsieur Selick.

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Cold Winter de chez Antonine

bannic3a8re

Paradise